Michel Cazenave, un militant de l'Âme du monde, par Mohammed Taleb

 

Cazenave et moi

 

Michel est parti vers l'Ailleurs magique ce lundi 20 août 2018, à l'âge de 76 ans. Cet Ailleurs magique, cet Au-delà de la réalité phénoménale, - nous en parlions souvent - n'était autre, à ses yeux, que l'Âme du monde, le Monde de l'Âme, elle-même médiatrice vers l'Un. Mais Cet Ailleurs magique, il l’explorait aussi dans ses patries, celles de ses origines - le Béarn, les Pyrénées, « Cazenave » est d'ailleurs un nom typiquement gascon ! -, celles qu'il s'était choisies, comme l'Irlande.

Nous étions en relation de travail et d’amitié depuis la fin des années 1990. Nous n'étions pas de la même génération, lui est né en juin 1942 et moi en juillet 1968, mais nous avions des orientations communes, un même Orient. Nos premiers échanges se nouèrent autour des questions de philosophie des sciences. Nous « militions » en quelque sorte tous les deux dans les rangs des « Nouveaux paradigmes scientifiques », entre physique quantique et cosmologie. Mais nous refusions de séparer les « sciences naturelles » des « sciences humaines ». C'est pourquoi ces cheminements néoparadigmatiques, à la fois écologiques, éthiques et métaphysiques, nous conduisaient dans les domaines de l'anthropologie et de la psychologie.

Michel connaissait la pensée et l’œuvre de Carl Gustav Jung depuis longtemps déjà. Il a d'ailleurs dirigé chez Albin Michel l'édition des œuvres du maître de Zurich. Il a été l'un des responsables du Groupe CG Jung à Paris, et le fondateur du Cercle Francophone de Recherche et d’Information Carl Gustav Jung. J'intervenais quelque fois, en duo, avec lui, dans ce dernier cadre. Nos dernières interventions communes eurent lieu, il n'y a pas si longtemps, juste avant que la maladie ne le prive de ses moyens physiques, à Fontaine Daniel, en terre de Mayenne, au cours de la Fête de la Terre. C'était en 2013. Ensuite, nous fûmes de nouveau réunis, par l'écrivaine Nathalie Calmé, pour un ouvrage commun, Éloge de l'Âme du monde, paru en 2015 aux éditions Entrelacs. Nous envisagions une suite, Éloge de l'Intellect et Éloge de l'Un, pour parcourir dans son ensemble la Procession, chère à Plotin et cette école philosophique néoplatonicienne à laquelle nous appartenions tous les deux.

Je me souviens de cet après-midi du samedi 9 décembre 2006, à Paris. Non loin de l'Institut du Monde Arabe, j'étais souvent présent, comme « animateur culturel », dans l'Espace Ishtar, une librairie militante consacrée à la culture arabo-musulmane et à la cause palestinienne. Ce jour-là, j'avais organisé un séminaire au thème étonnant pour beaucoup : « L'islam et la psychologie des profondeurs de Jung ». Michel Cazenave, un ami philosophe algérien, Mohamed Tahar Bensaada, et moi-même conversions devant une assistance surprise mais sympathisante, autour de l'imaginaire et du cosmos animé et de l'Âme du monde...

Je consacrerai à Lyon et à Bruxelles dans les mois qui viennent une série de séminaires et de conférences autour de la pensée de Michel Cazenave. Cette pensée est vivante, et éclaire les chemins de l'Âme du monde, qui sont les chemins du réenchantement de notre lien au monde.

L'ouvrage commun, Éloge de l'Âme du monde, est encore disponible. Si vous souhaitez le recevoir, veuillez simplement envoyer un mail à adresse suivante, vous vous dirons la marche à suivre : lesingulieruniversel@yahoo.fr